Exposition : La Forme du Songe

  • Du au

La forme du songe » est un voyage onirique nourri de l’expérience du dépassement de soi.

Suggérant plus qu’ils ne décrivent, les trois univers se nourrissent d’un vécu intime où le passé chargé d’une identité forte alimente la création du présent.

Brida crée sous l’impulsion impérative d’images qui se succèdent. Elle interroge des souvenirs d’Amazonie en les mêlant à son histoire professionnelle fondée sur la création et l’utilisation de matières du monde entier.

Les sculptures de métal-brodé de Zako, par leur allure à la fois aérienne et solide, allient imaginaire fécond et volonté farouche de la championne qu’elle a été.

David Joly témoigne quant à lui d’un monde en perpétuelle transmutation, à travers ses compositions fournies où une forme de spiritualité prend racine dans notre mémoire.

BRIDA

www.brida.fr

Née en 1950 au Cameroun, Brida (Brigitte Darrigrand) passe 18 ans en Afrique où elle grandit dans une culture riche en couleurs et motifs tribaux.

En 1972, elle s’installe en Australie. Elle y restera 12 ans et y fonde une entreprise de maillots de bain (Fandango Bikini) où elle commence ses premières créations en tant que styliste et directrice artistique. En 1984, elle revient en France et fonde la Société Quiksilver (en collaboration avec trois anglo-saxons). Elle est alors directrice de production et responsable du stylisme, du choix des couleurs et des tissus qui feront le succès de la marque.

En 1996, elle décide de se consacrer à titre personnel à son art et intègre l’école d’art de Bayonne. En 2000, elle quitte Quiksilver et se professionnalise en tant qu’artiste. Dès lors son travail s’étend en plus de la peinture à la sculpture et à la céramique. Elle vit entre le pays basque et le Maroc. En 2011, elle ouvre l’Atelier Galerie 53, Atelier plus grand recevant des artistes basques contemporains. Brida est une artiste coloriste travaillant les formes et matières dans l’espace dans un esprit contemporain. Son inspiration trouve corps dans un lieu de création d’exception: le Pays basque. Son travail dans l’abstraction va vers des recherches de compositions faites de techniques mixtes, collages, transparences, pigments et matières. Une peinture instinctive, juste et surprenante.

ZAKO

www.metalzako.com

Née en 1971 à San Sébastian, en Espagne, Zako vit à Bidart dans le sud-ouest de la France. Sa Vie a été pleine d’aventures, de déplacements  autour de la planète, de rencontres et de découverte de son moi créateur. Passionnée par les sports de glisse comme le skateboard et le surf, elle tombe amoureuse du snowboard et se lance dans une carrière professionnelle qui allait durer plus d’une décennie. Elle fut classée parmi les 10 meilleures femmes du monde.

Mais avant tout, Zako est une artiste extrêmement talentueuse, vive et rêveuse. Chaque matin, elle note soigneusement ses pensées, ses émotions et ses visions.

Son destin est de matérialiser et d’illustrer son imaginaire. Ses matériaux sont le fil métallique et le grillage. Malléables, transformables, ils offrent une grande polyvalence et une grande liberté pour créer des pièces d’art aériennes et uniques. Des formes, des silhouettes, le mouvement… Elle est un maître dans la conception et la création dynamique, ajoutant de la couleur et du style à travers de subtiles touches de broderie, d’impressions et de collages. Zako est passée par des galeries en Espagne, en France, en Allemagne et en Suisse. Elles Ont hébergé ses créations fraîches et attirantes. Dans sa boulimie créatrice, son monde est diffèrent du nôtre. C’est un champ d’expression illimitée : bienvenue à la « Dream Factory « de Zako.

« Je vis à travers mes rêves et mon corps est le wagon voyageant le long de ma vie »

DAVID JOLY

www.davidsart.fr/blog

David JOLY est un artiste plasticien autodidacte né dans les Landes en 1974. Mixant la peinture et les collages, les matériaux et les supports, il compose ses tableaux comme de véritables organismes vivants. Après une première exposition remarquée à Paris, sous le commissariat de Jean-Michel MARCHAIS en 2013, il expose à Brooklyn, puis au West Harlem Art Fund de New York. De retour dans le sud-ouest après de longues années parisiennes, il axe son travail sur la mythologie basque et y établit des ponts avec l’art Africain et Haïtien. Une recherche qui l’amène aujourd’hui au cœur de récits originaux et autres mythes de la création ; entre monde perdu et renaissance perpétuelle.

Artiste peintre, dessinateur influencé par le mouvement support surface, la peinture urbaine et l’art brut, David Joly explore dans sa peinture l’archéologie d’une civilisation idéale et perdue ; il retranche sur des documents d’archives des zones d’ombre d’incertitude qu’il livre à l’imaginaire. Aude Nogues – les seconds jeudis

Prochainement
  • Du au
Exposition « Expression Danse » Voir l'événement