Camille Beauplan

A PROPOS

Née en 1984, vit et travaille à Paris
Camille Beauplan est diplômée de l’Ecole des beaux arts de Bordeaux et titulaire d’un Master 2 en Esthétique de l’art.

En parallèle de ses recherches, elle a également obtenu le CAPES d’arts plastiques option arts appliqué. Ses années d’études furent consacrées à la peinture. Elle représentait alors des produits de la culture de masse détournés de leur usage premier au sein de scènes inspirées du Pop art, de l’esthétique kitsch et de la science-fiction.
Aujourd’hui, elle interroge moins le rapport culture de masse / art, que son propre rapport au binôme nature / culture marqué par ses origines rurales.

Si elle a conservé sa pratique du détournement, elle s’attache désormais à employer des objets naturels ou techniques trouvés dans son environnement proche pour réaliser ses Etudes qui peuvent prendre des formes diverses : dessins, sculptures, installations, vidéos,… Ces pièces, à mi-chemin entre Arte Povera et romantisme, subliment les propriétés plastiques de matériaux pauvres ou communs, et par leur aspect quasi-rituel, laissent entrevoir un rapport au monde à la fois très terre à terre et empreint de mysticisme.

EXPOSITIONS

2015

  • Bricks and Clicks / Exposition collective avec Le Chassis et le 149 / Galerie Christophe Gaillard, Paris.

2009

  • Les multitudes élémentaires / Exposition des diplômés Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux / Galerie Cortex Athletico, Bordeaux

2008

  • «Trois manières de penser les images et de leur donner matière…» / Exposition collective / Théâtre de l’union / Frac Limousin
  •  RDV Off 2 / Exposition collective / Bordeaux
  • Makina Festiva / Exposition collective / Bordeaux
  • Solo Show / Concept store Michard Ardillier / Bordeaux
  • Mécénat chirurgie cardiaque / Exposition collective / Maison des ventes Jean-dit-Cazaux / Bordeaux
  • Studio d’architecture Dauphin / Exposition collective / Bordeaux

2007

  • RDV Off / Exposition collective / Bordeaux
  • Narone vs Javelle / Galerie La tapisserie, Bordeaux

MEDIAS

INTERVIEW

Quels sont les artistes contemporains qui vous inspirent ou vous ont inspiré ? Pourquoi ?

Julie Mehretu pour ses dessins entre la figuration et l’abstraction, le geste lâché et le tracé hyper précis, sa gestion de l’espace de la feuille.

Maude Maris avec ses peintures/volumes/dessins, sa façon de travailler, d’exploiter des sujets, je m’y retrouve totalement.

Les derniers travaux de Benoît Maire pour les choix qu’il fait d’un point de vue formel.

Et puis je rajoute une expo qui m’a vraiment marqué : Formes Simples au Centre Pompidou Metz. Jean de Loisy a fait un commissariat d’expo de malade, c’était en Aout 2014, je n’arrive pas à me sortir cette expo de la tête.

Comment avez-vous envisagé votre travail au sein de Sortie 13 ?

Je reviens d’un voyage en Louisiane qui m’a beaucoup marqué. Mardi gras, les croyances Vaudou, l’identité musicale, la météo imprévisible qui oscille entre le calme doux humide et la violence des ouragans, et la flore particulière qui donne l’impression d’être dans un roman gothique. Elsa Lefevbre m’a évoqué son projet de performance assez mystique, liée à des croyances animistes et totémiques.
Il se trouve que mon travail s’inspire des recherches de Philippe Descola, un anthropologue qui étudie les différentes formes de croyances ( Animisme, totemisme, analogisme et naturalisme) .
Je voulais un sujet qui soit à la fois vecteur d’un certain mysticisme, et qui évoque l’idée de rythme : la mousse espagnole ou  » Tillandsia Usneoides » . C’est une plante typique de la Lousianne, elle se suspend aux arbres, aux fils électriques, comme les colliers de Mardi Gras au lendemain des fêtes. Elle est structurée comme une chaîne, régulière dans sa composition et par sa présence dans les paysages. Sa verticalité découpe avec rythme L’espace . Elle fait penser aux barbes des chanteurs de blue grass, c’est une plante fascinante. J’ai donc commencé un cycle d’Etudes, autour de cette espèce. Sur ce qui la compose, sa musicalité et sa mystique.

Etre un artiste de nos jours c’est…

…souvent ne pas pouvoir être seulement artiste.

LIENS UTILES

Le site de l’artiste >>

Le 149 – Nécessite et contingence >>

Galerie Gaillad – Briks-clicks >>